Le plateau

Scénographie

Le terrain de jeu « des règles sociales », représenté par des cubes noirs et blancs, suggérant un damier, où les personnages sont en « représentation », sous les feux des projecteurs et les yeux des spectateurs.
Le terrain « hors-jeu », où les masques tombent : vérités et secrets sont révélés. Les spectateurs pris à témoin deviennent… acteurs à leur tour.
Alceste s’attachera à éviter d’entrer dans le jeu, il ne le fera que par inadvertance, dépassé par sa colère.

Plateau

Costumes et Masques

L’univers de Venise est exprimé par la musique, les costumes et les masques. A travers tous ces éléments l’histoire est transposée dans le contexte du jeu, de l’univers de la mascarade.
Les personnages sont tous des notables et cette position sociale est traduite par la haute facture de leur costume.
La bande son annonce le début du jeu et les évènements qui obligent Alceste à sortir du jeu.

Masques
Clitandre, Eliante, Philinte, Alceste, Célimène, Arsinoé, Acaste

Les masques permettent de notifier lorsque les personnages sont « en jeu » ou « hors-jeu ». Chacun des personnages aura une relation toute particulière à son masque qui indiquera son rapport au jeu social. Ainsi Alceste n’aura pas de masque parce qu’il refuse de rentrer dans le jeu alors qu’Oronte, lui, aura un masque qu’il ne pourra pas enlever puisqu’il est composé de maquillage.

Jeu des comédiens

Les comédiens travaillent sur deux formes d’expression : le social et l’intime.
Lorsque le personnage est habité par des comportements automatiques, guidé par l’habitude, la contrainte sociale, il est « étranger à lui-même ». Sa parole, ses mouvements sont adressés au public, il est en représentation et porte le masque.
Lorsque ce même personnage sort du contexte social, sa parole, ses gestes sont portés par l’émotion, le sentiment. Il est dans l’expression de lui-même et ôte le masque.

Oronte
Oronte